$(document).ready(function(){ chargementmenu(); });

Manifestations

Evènement

Une exposition poétique est présentée à l'Institut Culturel Panafricain. 1ère partie : la poésie sénégalaise. 2ème partie : la poésie négro-africaine
L'exposition présente l'ensemble des poètes majeurs de plusieurs générations.
Elle est accompagnée d'un livret pédagogique conceptualisé et réalisé par Amadou Elimane Kane.
Vous pouvez en découvrir ici un extrait

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

1ère partie : la poésie sénégalaise

Écoute plus souvent birago-diop.jpg

Les Choses que les Êtres

La Voix du Feu s’entend,

Entends la Voix de l’Eau.

Écoute dans le vent

Le Buisson en sanglots :

C’est le Souffle des Ancêtres.

 Birago Diop

Leurres et lueurs, Présence Africaine, 1956

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Me voici dans le gouffre du palais sonore  lls.jpg

Dans les moiteurs les migraines, comme à Dyilôr jadis

Ma mère ceignait mes angoisses de feuilles de manioc, les saignait.

A Joal comme autrefois, il y a cette souffrance à respirer,

qui colle visqueuse à la passion

Cette fièvre aux entrailles le soir, à l’heure des peurs primordiales

 Léopold Sédar Senghor

Lettre s d’hivernage in poèmes, Poésie du Sénégal, Babacar Sall, éditions Silex, 1988

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Gawlo ! … chante cet homme nouveau annette-mbaye-0.jpg

Jeunes filles aux seins debout

Clamez son nom au vent.

Selbé N’Diaye, fais danser ce petit homme.

Tu es un homme, mon fils.

Tu es un homme ce soir.

 Ils sont tous là :

Ceux de ta lune première

Ceux que tu nommes pères.

Regarde, regarde-les bien :

Eux seuls sont gardiens de la terre

De la terre qui a bu ton sang

Annette MBAYE D’ERNEVILLE

 Kaddu, Anthologie Poètes d’Afrique et des Antilles, Hamidou Dia, La Table Ronde, 2002

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Auprès de toi j’ai retrouvé mon nom david-diop.gif

Mon nom longtemps caché sous le sel des distances

J’ai retrouvé les yeux qui ne voilent plus les fièvres

Et ton rire comme la flamme trouant l’ombre

M’a redonné l’Afrique au-delà des neiges d’hier

[…]

 Auprès de toi j’ai retrouvé la mémoire de mon sang

Et les colliers de rires autour des jours

Les jours qui étincellent de joies renouvelées. 

 David Diop

Coups de pilon, Poésie du Sénégal, Babacar Sall, éditions Silex, 1988

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mais j’ai relevé la tête fatou-ndiaye-sow.jpg

Pour crier ma vérité aux hommes

Aux hommes blancs

Aux hommes rouges

Aux hommes jaunes

N’y a-t-il pas des hommes bleus ?

Bleu comme l’espoir

Bleu couleur de ciel

Des hommes au cœur de justice

De la justice juste

Sans race et sans continent 

 Fatou SOW NDIAYE

Takam-takam, éditions N.E.A., 1981

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et le soleil répand ses lumières issa-samb.jpeg

Et ce sculpteur trace ses lignes molles sur ce basalte

La mer à côté gonfle ses nerfs

Ses abîmes percés de mille autres soleils 

 Issa SAMB

Poto-Poto Blues, éditions Feu de brousse, 2004


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dans ce beau pays biram-ndeck-ndiaye.jpg

Moi qui suis moins que rien

Je me suis pris pour le roi

Ils m’ont tout donné

Pour certains leur toit

Pour d’autres leur repas

Et chacun son sourire

Denrée à bon marché

Biram Ndeck Ndiaye  

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Princesse d’ombre douce charles-carrere.jpg

Epaules d’aurore au crâne nu

Les yeux taillés dans l’horizon

Chaleur d’ardente pluie

Sur l’ocre poussière de lumière

Regard sur les rivages de l’exil

Dans le bois tendre de souffrance

Vague efface mon sang

Monte la marée

Le soir attend

Le vol tard d’un cormoran 

 Charles CARRERE

Lettres de Corée, Poésie du Sénégal, Babacar Sall, éditions Silex, 1988

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et voilà les derniers cris de l’océan alioune-badara-beye.jpg

Acquis aux épopées royales

Et aux vierges mélodies

Rosso, Terre de germination

Et d’amour

Terre au passé épique

Fixons à jamais

La flamme extasiée

Des martyrs aux mains de salpêtre

Qu’est devenue la lyre dorée de Ndiawar ?

Elle est certainement dans les aubes muettes

De Bepar Goron

Dans les mousses des précipices

Dans la froideur  des vallons 

 Alioune Badara Beye

« Adieu Rosso », Poésie du Sénégal, Silex, 1988

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et je me rappelle ! mamadou-traore-diop.jpg

Je me rappelle le flambeau des marches graves

Et les Tambours majestueux

L’océan des fastes

Et le sang

Et les chants

L’ombre secrète des dieux

Dans le mirage

Des temples du soleil. 

 Mamadou TRAORE DIOP

Mon dieu est noir, éditions N.E.A., 1975

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Demain je ramasserai babacar-sall.jpg

Les tessons de lune brisée

Les perles de rosée ruisselante

Que les abeilles sucent amer

Jusqu’au suc de l’amertume

Mais que me reviennent

Ma plante verte

Mon épi de mil

Jalousement taillé

Entre quatre vents

Mon grenier débordant

Sur la balance fériée du temps […]

J’entends du fon de mon refuge

Ecoutant les divinités majeures

Que belles seront les semailles

Et florissantes les moissons

Et la platitude du Sahel

Sera le pagne vert de la Terre.

 Babacar Sall

Poésie du Sénégal, Babacar Sall, éditions Silex, 1988

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pays du noir et du blanc ndongo-mbaye.jpg

En tes couleurs si éblouissants

De la noire souriante mystérieuse

Aux yeux si rouges

Abreuvée aux sources d’Afrique
 
Sur tes côtes d’hospitalité

NDongo M’BAYE

Amours savanes, éditions Acoria, 2005, p.116

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Donnez-nous des ailes ! mbaye-gana-kebe.jpg

Par-dessus mers et déserts,

Par-dessus montagnes et forêts,

Nous irons planter, en chantant,

De jeunes filaos du Sénégal

Dans tous les limons du monde.

Aile contre aile,

Par-dessus les canons, les querelles,

Par-dessus les baisers,

Nous irons, nous irons écrire,

Sur les nuages qui voyagent

L’hymne de la fraternité. 

 Mbaye Gana KEBE

Rondes, Poésie du Sénégal, éditions Silex, 1988

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le vent se lève et je frissonne nafissatou-dia-diouf.jpg

Il fait nuit noire à présent

Et j’écoute les bruissements

Magiques d’une nuit ensommeillée

Sur mes lèvres endolories,

Tu as posé tes lèvres humides.

Nos yeux las, voilés de poussière

Se sont révulsés vers le ciel

Et un millier d’étoiles miroitantes

Ont scintillé dans nos prunelles de jais.

Le monde porte des orages

Qui font saigner le ciel du soir

Mais qu’importe !

 Nafissatou Dia Diouf

 « Primeur », poèmes de jeunesse, 2003

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Visages silencieux sokhna-benga-copie-1.jpg

Qui cherchent, inlassables,

Dans l’obscurité des nuits aveugles

Les tentes fauves de l’espoir.

Visages fauves

Aux bouches condamnées

Par l’impunité

Au silence

 Sokhna Benga

 « Les Exilés de la terre », Anthologie « Paroles partagées », éditions Feu de brousse, 2005

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ecoutez la voix plurielle de cette populace, exsangue, elie-charles-moreau.jpg

Rescapée, de nuits ruineuses aussi folles

Vos lacunes et laïus de marchands de tapis.

Ecoutez ! Entendez, faussaires, écoutez !

La complainte éclatée d’un monde qui,

Ardemment, désire n’être, que confluence

La plus fleurie du verbe aimer

 Elie Charles Moreau

 Pour Juguler nos affres, éditions Le Nègre International, 2003

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Griot, dis-moi, comment j’ai des ancêtres gaulois mamadou-diallo.jpg

Oh ! Griot généalogiste chante mes louanges

Les chants de guerre de Samory

Les mélodies des bergers peuls

Les chants nuptiaux épiques

Nostalgiques de ma famille

Pince les cordes perplexes de ton hodou

Foule, battez les mains

Tapez les pieds

 Mamadou Diallo

Les éclats du temps, éditions Acoria, 2005

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Quand le désert ensable l’espoir marouba-fall.jpg

Et guette le rire de mon peuple

Qui ne sait que travailler la terre

Je ne chanterai pas la fraternité

Quand les enfants du Tchad plongent leurs mains

Dans les entrailles de leur Mère-patrie

Quand Soweto saigne et pleure

Quand Harlem noie son blues dans la drogue

Je ne chanterai pas l’Amour

Quand l’Afrique a mal

Mal

Du mal encore lancinant des servitudes passées 

 Marouba Fall

Cri d’un Assoiffé de Soleil, éditions N.E.A.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lueur d’espoir de fer mamadou-ndione.jpg

Dans une Afrique fière

Sans frontières sans soirs

Lueur qui éclaire le soir

Pour la moisson

En toutes saisons

Elle sera une Afrique

Et nos doigts de fées tisseront tes dunes Afrique

Elle s’envolera au-dessus des cols de la misère Afrique

Elle décollera Afrique des pesanteurs de la terre

Et elle sera et se fera Afrique

Afrique mon Afrique 

Mamadou Ndione

De cœur et de gueule, éditions Diaspro, 2008

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour toi je bâtirai amadou-elimane-kane-002-2-1.jpg

Un continent de pleine lune

Avec des terres sans frontières

Sans castes

Sans propriétés

Sans mépris

Et sans haine

Où grandiront

De beaux nénuphars noirs

Fleuris par les soleils de nos libertés !

Et je foudroie l’envahisseur et ses valets

Tous les nouveaux

Chiens de garde

Avec pour force

Ma seule folie ensoleillée

Brodée de conscience historique

Comment voulez-vous

Que je me soumette

Amadou Elimane Kane

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une exposition poétique est présentée à l'Institut Culturel Panafricain. 2ème partie : la poésie négro-africaine.

L'exposition présente l'ensemble des poètes majeurs de plusieurs générations. Elle est accompagnée d'un livret pédagogique conceptualisé et réalisé par Amadou Elimane Kane. Vous pouvez ici en découvrir un extrait.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

2ème partie : la poésie négro-africaine

Ceux qui n’ont inventé ni la poudre ni la boussole aime-cesaire.jpg

Ceux qui n’ont jamais su dompter la vapeur ni l’électricité

Ceux qui n’ont exploré ni les mers ni le ciel

Mais ils savent en ses moindres recoins le pays de souffrance

Ceux qui n’ont connu de voyages que de déracinements

Ceux qui se sont assouplis aux agenouillements

Ceux qu’on domestiqua et christianisa

Ceux qu’on inocula d’abâtardissement

Tam-tams de mains vides

Tam-tams inanes de plaies sonores

Tam-tams burlesques de trahison tabide

 Aimé Césaire, Cahier d'un retour au pays natal, Présence Africaine, Paris

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Seigneur tirolien.jpg

Je suis très fatigué

Je suis né fatigué

Et j’ai beaucoup marché depuis le chant du coq

Et le morne est bien haut

Qui mène à leur école

Seigneur je ne veux plus aller à leur école ;

Faites  je vous en prie que je n’y aille plus.

Je veux suivre mon père dans les ravines fraîches

Quand la nuit flotte encore dans le mystère des bois

Où glissent les esprits que l’aube vient chasser.

Je veux aller pieds nus par les sentiers brûlés

Qui longent vers les mares assoiffées

 Je veux dormir ma sieste au pied des lourds manguiers.

 Guy Tirolien, Prière d’un petit enfant nègre, Présence Africaine

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Blanchi leon-damas.jpg

Se peut-il donc qu’ils osent

Me traiter de blanchi

Alors que tout en moi

Aspire à n’être que nègre

Autant que mon Afrique qu’ils ont cambriolée

Blanchi

Abominable injure

Qu’ils me paieront fort cher

Quand mon Afrique qu’ils ont cambriolée

Voudra la paix la paix rien que

La paix

Léon Gontran Damas, Pigments, Présence Africaine, 1972

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ile ! rabemananjara.jpg

Iles aux syllabes de flamme,

Jamais ton nom

Ne fut plus cher à mon âme !

Ile,

Ne fut plus doux à mon cœur !

Ile aux syllabes de flamme,

Madagascar !

Quelle résonance !

Les mots

Fondent dans ma bouche :

Le miel des claires saisons

Dans le mystère de tes sylves,

Madagascar !

Jacques Rabemananjara, Antsa, éditions Présence Africaine, 1947

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour écrire la parole maunick.jpg

En ces temps fous d’images

Il faut cette insolence

Arrachée des entrailles

Plus forte que toutes les guerres

Bien que jamais mortelle

Je saurais dire sans voir

Mais ne saurais me taire

Edouard Maunick

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je suis le Bronze l’alliage du sang fort qui gicle quand souffle le vent des marées saillantes utam-si2.jpg

Le destin des divinités anciennes en travers du mien est-ce raison de danser toujours à rebours la chanson ?

J’étais amant à folâtrer avec les libellules ; c’était mon passé, ma mère me mit une fleur de verveine sur ma prunelle brune.

Je sentis mon sang allié sourdre des cadences rauques où bâillaient des crapauds pieux comme des amis. […]

Un pays tout latérite, des cauchemars qui fendent le crâne avec la hache des fièvres.

J’accuse la lumière de m’avoir trahi.

J’accuse la nuit de m’avoir perdu. 

Gérald Tchicaya U’Tam’si, Epitomé, éditions L’Harmattan, 1962

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ce sont eux les damnés de la vie jean-metellus.jpg

Ceux qui portent la peau noire en terre d’hiver

Ceux qui s’en vont la tête baissée, les yeux lointains,

La bouche maudite, le balai sous le bras, la serpette

A la main, la poubelle sur la tête, le sac sur le dos et,

Au poignet, les menottes de la culture occidentale

Jean Metellus


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Peur de la solitude 220px-noureini-tidjani-serpos-official-portrait-2.jpg

Peur de ce jour inhumain

Peur tout court.

Mon rire se fêle toujours à la limite du souvenir.

Dans le sourire commercial

Se profile le sous-monde aux anciennes larmes

Taries par la prise de conscience.

J’ai parfois les viscères en transe : un vin non classé

Est peut-être passé par là.

La bonne conscience de la foule est un monde

Dans un monde. Clos. Muré.

La résurgence de mes paroles sifflote

Sur la pérennité du silence.

Je suis hilare et triste ; d’une tristesse explosive.

Nouréini Tidjani-Serpos

Agba’nia, Poètes d’Afrique et des Antilles, Hamidou Dia, éditions La Table ronde, 2002

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La parole fête sa victoire sur le mur du silence tanella-boni.png

La parole s’ajoute à la parole

Comme le fil embrasse le fil pour tisser

Le pagne de la vie commune

Ici part en lambeaux le sourire de l’hôte

Comme les pétales de la guerre

Effeuillent la marguerite de l’amour

Tanella Boni

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Il faut que tu reviennes veronique-tadjo.jpg

De cette longue chevauchée

De cet exil sans fin

Au plus profond de toi

Viens boire à chaque bouche

La clameur de ton peuple

Tu as trop d’espoirs

A féconder

Trop de chaînes à éclater.

Véronique Tadjo

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Comment t’offrir dans ce matin de brumes pius-ngandu1.jpg

Des larmes pétries de boue

Les cris ensablés de Katekelayi

Sous le banc lourd du sable rouge

Tu avais l’âge de la terre

Cet âge où la terre  est terre

Pleine de terre pleine de toi

Tu avais l’âge du soleil

Explosant dans un ciel de sable

Recouvert de la boue de ton sang

Sur les routes désertes tu t’en es allé

Dans les grottes de la boue rouge tu t’es enfui

Tu as dormi sous le linceul de la terre effondrée

Et la nuit n’a pas eu pour toi un regard de pitié

La nuit pleine des cris ensablés de Katekelayi

Pius Ngandu Nkashama, La malédiction, éditions Silex

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Femmes d’Afrique fidji-nadine8-f4d39.jpg

Femmes aux cils frileux

Aux corps vernis

Par la beauté du feu

Des lianes luminescentes s’emmêlent

Sur vos routes d’infortune

Hautes comme des tours

Vos souffrances dressées

Tissent le berceau de la nouvelle essence

Préparez les boissons

Agitez l’oriflamme

La main du grand désert

Tendue en charité

A pris en otage l’arbre fleuri

Pour se faire écouter

Nadine Fidji, Timis, éditions Le Carbet, 2001

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je garde de notre Eclipse alain-mabanckou.jpg

L’aromate de la santaline sur ta peau

Et la savane enclavée de ta chevelure

Qui palabrait avec les vents …

Alain  Mabanckou

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Novembre. Les dieux, entre les branches, nimrod.jpg

Se délestent de leurs couronnes et notre tête

Les reçoit. Nous avons reçu l’hommage

Royal ; en retour, nous leur devons des éloges,

La ferveur du vent ennoblit l’instant

Qui craque sous nos pieds, qui froisse

Le manteau et sa doublure, qui associe

Fenêtres et belvédères à la féérie du soir,

La ville capitale déploie à nos pieds

L’océan, les mouettes, les embruns.

Nimrod, En Saison, éditions Obsidiane, 2004

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Allège-toi ma bouche ! Allège-toi ! leopoldcongo-mininb1.jpg

De tes prières de déserts et de leurs dieux fossiles !

Ils ont carrié son souffle.

Ou alors

Mâchonne-les, comme la plus sombre kola !

Puis, parle,

D’une bouche et d’une parole si vraies

Qu’amères à toute écoute.

Retourne audit, fût-il douloureux, du sel

De notre plaie.

Léopold Congo-Mbemba

Ténors-Mémoires, Nouvelle anthologie africaine , Jacques Chevrier, éditions Hatier, 2002

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Marcher marcher paul-dakeyo-1.jpg

Avec pour flambeau

Nos fusils

Et la rime liberté

Marcher

Avec ceux qui luttent

Partout 

A travers les épines

A travers les douleurs

Pour appréhender la lumière

Et l’avenir qui naît

Inéluctablement

Paul DAKEYO, Soweto Soleils fusillés, éditions Droit et Liberté, Paris, 1977

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je naissais thierry-sinda.jpg

En développant

Avec passion

La vision des

"Nègres"

Vus

Par un

Noir

Non parce qu'il est

Noir

Mais

Parce qu'il connait

L'histoire

Des idées

De l'Afrique contemporaine

Thierry Sinda, Voyage en afrique (drame poétique), A la recherche de mon Moi Envivré, Atlantica, 2003

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

J’ai la vertu des langues immortelles 150px-kama-sywor-kamanda-4.jpg

Je vis en filigrane du rêve interdit.

Je vous apporte, prêtres d’Amon,

Le sang de notre renaissance.

La mémoire d’Egypte est dans mon âme bantoue

Ô temps, mes mythes voguent dans tes vestiges !

Dans ma sanctification les révélations sont pactes,

Les paroles empreintes des dieux.

Ô timidité de la mort,

Souffle errant dans les racines de l’éternité !

L’espace mène mes antiquités

Vers les  rives lointaines du Nil.

Kama Sywor Kamenda, Œuvre poétique, éditions Présence Africaine, 1999

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------