$(document).ready(function(){ chargementmenu(); });

Département Cultures Urbaines

Hip hop et Négritude : Même esprit, même idéal

Mamadou drameLe hip hop constitue la forme d’expression moderne des jeunes des années 1988 à aujourd’hui. Sa forme musicale, le rap, est un moyen pour les jeunes de dire leur amertume et leur colère. De ce fait, il s’agit pour nous de tenter de voir s’il n’a pas de corrélation possible avec c qui avait été vécu dans les années 30 et qui a abouti à l’érection de la Négritude. On se rappelle que ce mouvement a permis au Noirs de l’époque de dire leur refus face aux comportements des Blancs colonisateurs à leur égard. On tente de voir les similitudes entre ces mouvements noirs de jeunes à travers leurs origines, leur évolution mais aussi certains axes de leur thématiqueRap et n gritude 1 copie 2Rap et n gritude 1 copie 2 (435.46 Ko) 

Mamadou DRAME, Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation, Université Cheikh Anta DIOP de Dakar, (SENEGAL)

Université Stefan Cel MARE de Suceava (Roumanie)

Institut Culturel Panafricain de Recherche de Yenne (SENEGAL)

Faire le procès des indépendances 40 ans après, réflexions autour de l’avis des jeunes africains par le biais du hip hop et de la littérature postindépendance

Mamadou drameDes moyens d’expression des cultures urbaines les plus employés par les jeunes, ceux qui tournent autour du hip hop semblent les privilégiés par les africains. Il s’agit de l’expression musicale (le rap), de l’expression corporelle (le break dance), de l’expression picturale (le tag et le graffiti) et de l’expression langagière typique du hip hop, et dans laquelle on retrouve principalement le langage de la rue. Drame accraDrame accra (471.02 Ko)

Mamadou DRAME, Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation, Université Cheikh Anta DIOP de Dakar, (SENEGAL)

Université Stefan Cel MARE de Suceava (Roumanie)

Institut Culturel Panafricain de Recherche de Yenne (SENEGAL)

 

Mamadou DRAME, Directeur du département Cultures Urbaines de l’Institut Culturel Panafricain et de recherche de Yene

 
Titulaire d’un doctorat de Lettres, option grammaire française et sociolinguistique, enseignant chercheur en sciences du langage à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Mamadou Drame a publié plusieurs travaux portant notamment sur les cultures urbaines liées au langage (poésie, rap, slam, hip-hop).   Mamadou drame
A lire : Article paru dans Le soleil, Mamadou DRAME, sociolinguiste / Article paru dans Seneplus, Le Rap sénégalais est maintenant mature
 
Bibliographie :
"Linguistique et sociolinguistique de l’argot contenu dans les textes de rap au Sénégal"
"La Pédagogie du rap poétique", coauteur
"De la didactisation du patrimoine oral africain : de l’enseignement préscolaire à l’université", éditions Union Latine, Paris, 2010
"Manuel de didactique de la grammaire française à l’intention des professeurs vacataires et contractuels du Sénégal".
 
Né en Amérique dans les années 1970, le hip-hop trouve ses origines en Jamaïque où on estime que le phrasé utilisé par les Last Poets dans les années 1950 constitue les prémisses à ce qui sera plus tard un mouvement universel. C’est au moment il a été repris et américanisé par DJ Kool Herc qu’il a pris le nom de hip-hop. Ce mouvement est considéré comme une réponse à la violence qui caractérisait les ghettos noirs de Harlem et du Bronx. Ainsi, les jeunes ont voulu remplacer les énergies négatives par des énergies positives à travers la créativité.
Le hip-hop englobe une musique (le rap), une expression corporelle (le break dance), une expression picturale (le graffiti et le tag), une mode vestimentaire (le street wear), une façon de parler et de se comporter.
Très tôt, le mouvement a conquis le cœur des jeunes issus des milieux défavorisés, exclus du système et en proie à la pauvreté, la drogue, la violence, la promiscuité, etc. Il devient ainsi le moyen de dire leur amertume, d’exprimer leur colère et de réclamer une place dans une société qui les a rejetés. Le hip-hop va d’abord s’exporter en France, puis en Afrique et au Sénégal à partir de l’année 1988, à la suite d’élections présidentielles et législatives très contestées qui ont abouti à une année blanche qui a jeté des milliers de jeunes dans la rue.
Toutefois, les jeunes Africains ne se sont pas contentés de prendre le modèle américain ou français, ils se sont appropriés les différents genres et ont fait émerger un hip-hop purement africain avec une coloration et une tonalité africaines.
Il s’agit dans ce département de réfléchir à l’histoire des cultures urbaines en remontant à celles qui ont vu le jour dans les cités urbaines, la ville ayant toujours été un centre de créations culturelles et langagières, un lieu de rencontres diverses entre gens venus d’horizons différents et ayant des expériences distinctes. Il s’agit aussi de s’arrêter sur les formes que ces cultures ont eues et sur les dynamiques qu’elles ont engendrées. 

Mamadou DRAME